AccueilPortailCalendrierGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 hallucinations courantes chez les adultes autistes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
chantal 83



Nombre de messages : 4704
je suis touché par le handicap : : fille autiste adulte diag.CRA PACA
gravement atteinte neurologiquement dès naissance

je suis membre d\'associations : membre plusieurs associations

Date d'inscription : 04/06/2007

MessageSujet: hallucinations courantes chez les adultes autistes   Jeu 1 Juin - 12:33

https://forum.asperansa.org/viewtopic.php?p=359286#p359286

https://spectrumnews.org/news/hallucinations-unusually-common-adults-autism/


traduction:

https://translate.google.fr/translate?sl=en&tl=fr&js=y&prev=_t&hl=fr&ie=UTF-8&u=https%3A%2F%2Fspectrumnews.org%2Fnews%2Fhallucinations-unusually-common-adults-autism%2F&edit-text=&act=url


article original:



http://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0177804

traduction:
https://translate.google.fr/translate?sl=en&tl=fr&js=y&prev=_t&hl=fr&ie=UTF-8&u=http%3A%2F%2Fjournals.plos.org%2Fplosone%2Farticle%3Fid%3D10.1371%2Fjournal.pone.0177804&edit-text=&act=url

zut....pas de traduction...



https://figshare.com/articles/Data_for_paper_Adults_with_Autism_Spectrum_Conditions_Experience_Increased_Levels_of_Anomalous_Perception_/4269716


attention:

‘Anomalous perception’ is distinct from atypical perception as defined above, and is the term given to perceptual and hallucinatory experiences of the type that are commonly associated with psychosis, such as hearing voices, experiencing perceptual distortions, and having ‘out-of-body’ experiences.

traduction:
https://translate.google.fr/?hl=fr#en/fr/%E2%80%98Anomalous%20perception%E2%80%99%20is%20distinct%20from%20atypical%20perception%20as%20defined%20above%2C%20and%20is%20the%20term%20given%20to%20perceptual%20and%20hallucinatory%20experiences%20of%20the%20type%20that%20are%20commonly%20associated%20with%20psychosis%2C%20such%20as%20hearing%20voices%2C%20experiencing%20perceptual%20distortions%2C%20and%20having%20%E2%80%98out-of-body%E2%80%99%20experiences.




ATTENTION CAR CETTE ETUDE A ETE FAITE avec item-level data from the Cardiff Anomalous Perceptions Scale


https://academic.oup.com/schizophreniabulletin/article-lookup/doi/10.1093/schbul/sbj014

traduction:

https://translate.google.fr/translate?sl=en&tl=fr&js=y&prev=_t&hl=fr&ie=UTF-8&u=https%3A%2F%2Facademic.oup.com%2Fschizophreniabulletin%2Farticle-lookup%2Fdoi%2F10.1093%2Fschbul%2Fsbj014&edit-text=&act=url


dans cette étude , le questionaire CAPS a été employé:


The Cardiff Anomalous Perceptions Scale (CAPS).

The CAPS is a 32-item self-report questionnaire that requires respondents to indicate via a ‘yes’ or ‘no’ response whether they experience particular anomalous perceptions. Instructions for completing the questionnaire were given as described by Bell et al. [11]. Participants were instructed to discount any anomalous perceptual experiences that may have occurred as a consequence of taking recreational drugs or other medication. For each endorsed item, a further three questions were presented that asked participants to rate, via a 5-point Likert scale, the frequency of the experience, and the extent to which the experience is i) distressing, and ii) intrusive.




Two questionnaires were administered during this study: the CAPS [11] ou cardiff anomalous perception scale .....



VOICI LES 32 QUESTIONS DU CAPS en anglais

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2632213/table/tbl2/


TRADUCTION APPROXIMATIVE DES 32 QUESTIONS CAPS

https://translate.google.fr/translate?sl=en&tl=fr&js=y&prev=_t&hl=fr&ie=UTF-8&u=https%3A%2F%2Fwww.ncbi.nlm.nih.gov%2Fpmc%2Farticles%2FPMC2632213%2Ftable%2Ftbl2%2F&edit-text=&act=url


donc attention encore une fois la compréhension des mots employés dans ce questionnaire.......



--------------------------------

https://spectrumnews.org/news/hallucinations-unusually-common-adults-autism/


traduction:

https://translate.google.fr/translate?sl=en&tl=fr&js=y&prev=_t&hl=fr&ie=UTF-8&u=https%3A%2F%2Fspectrumnews.org%2Fnews%2Fhallucinations-unusually-common-adults-autism%2F&edit-text=&act=url





Dernière édition par chantal 83 le Mer 7 Juin - 14:05, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.pinterest.com/chantalautisme/
chantal 83



Nombre de messages : 4704
je suis touché par le handicap : : fille autiste adulte diag.CRA PACA
gravement atteinte neurologiquement dès naissance

je suis membre d\'associations : membre plusieurs associations

Date d'inscription : 04/06/2007

MessageSujet: Re: hallucinations courantes chez les adultes autistes   Jeu 1 Juin - 12:46

-------------TRES TRES PETITE ETUDE SUR 30 SUJETS "AUTISTES"

------------ il est bien dit qu'une seule personne les a diagnostiqué autiste:

All participants in the ASC sample had received an independent diagnosis of an Autism Spectrum Disorder from an experienced clinician prior to being recruited into the study.


-------------cette étude ne précise pas, sauf si j'ai raté l'info, si les 30 participants prennent des médicaments.....

-------------cette étude ne précise pas si les 30 participants ont reçu test sensoriel type BOGDASHINA pour départager ceux qui ont des troubles sensoriels.......

-------------ces 30 questions et réponses ne prennent pas en compte une réponse retardée à une sensation.......


-------------certaines maladies neurologiques donnent des troubles sensoriels comme les épilepsies et les hydrocéphalies et les anciens prémas qui ont eut un ictère traité avec lampe bleue.......DEUX PARTICIPANTS DE CETTE ETUDE AVAIENT DE  L'EPILEPSIE.........donc, ils n'ont rien à faire dans cette étude!

Différents niveaux de certains produits chimiques dans le cerveau ( neurotransmetteurs ) peuvent expliquer pourquoi certaines personnes ont des perceptions plus inhabituelles que d'autres. Les migraines, par exemple, sont souvent précédées d'hallucinations , comme les lumières et les formes qui ne sont pas là. De même, l'épilepsie peut être associée à des perceptions étranges .

La migraine et l'épilepsie ont été liées à des changements dans les niveaux du neurotransmetteur GABA. Dans le cerveau, certains neurotransmetteurs ont un rôle d'excitation et stimulent l'activité nerveuse, tandis que d'autres ont un rôle inhibiteur et contribuent à réduire l'activité neuronale. GABA est un neurotransmetteur inhibiteur. Les réductions des niveaux de GABA peuvent donc conduire à une hyperactivité dans le cerveau, causant à la fois des perturbations visuelles et des convulsions. Les niveaux de GABA altérés ont également été impliqués dans l'autisme .



-------------est-ce que les questions ont bien été comprises par les dits autistes ?

-------------les questions posées du CAPS ne précisent pas d'environnement lié à chaque question........



-------------tout ça pour arriver à dire pourquoi cette étude:  

               Classification and diagnostic systems such as the DSM and the ICD do not permit dual diagnoses for ASC and psychiatric conditions such as schizophrenia, bipolar disorder or psychotic disorder. Nevertheless, the data presented here adds to a small, but growing body of literature which highlights a degree of symptom overlap between ASC and psychotic disorder.


traduction:


https://translate.google.fr/?hl=fr#en/fr/Classification%20and%20diagnostic%20systems%20such%20as%20the%20DSM%20and%20the%20ICD%20do%20not%20permit%20dual%20diagnoses%20for%20ASC%20and%20psychiatric%20conditions%20such%20as%20schizophrenia%2C%20bipolar%20disorder%20or%20psychotic%20disorder.%20Nevertheless%2C%20the%20data%20presented%20here%20adds%20to%20a%20small%2C%20but%20growing%20body%20of%20literature%20which%20highlights%20a%20degree%20of%20symptom%20overlap%20between%20ASC%20and%20psychotic%20disorder.





Dernière édition par chantal 83 le Jeu 1 Juin - 14:21, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.pinterest.com/chantalautisme/
chantal 83



Nombre de messages : 4704
je suis touché par le handicap : : fille autiste adulte diag.CRA PACA
gravement atteinte neurologiquement dès naissance

je suis membre d\'associations : membre plusieurs associations

Date d'inscription : 04/06/2007

MessageSujet: Re: hallucinations courantes chez les adultes autistes   Jeu 1 Juin - 13:23

AVEC CE GENRE de toute petite ETUDE ,


ON VA NOUS REMETTRE L'AUTISME AVEC LA PSYCHOSE ET AVEC LA SCHIZO!!!!! alien


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.pinterest.com/chantalautisme/
chantal 83



Nombre de messages : 4704
je suis touché par le handicap : : fille autiste adulte diag.CRA PACA
gravement atteinte neurologiquement dès naissance

je suis membre d\'associations : membre plusieurs associations

Date d'inscription : 04/06/2007

MessageSujet: Re: hallucinations courantes chez les adultes autistes   Jeu 1 Juin - 13:29

pourquoi ne pas avoir utilisé cette échelle des troubles sensorielles?

Le Glasgow Sensory Questionnaire (GSQ) se compose de 42 articles,

et étudie la sensibilité à travers sept modalités sensorielles: visuelles, olfactives, auditives, gustatives, tactiles, vestibulaires et proprioceptives 22 . Chaque modalité est évaluée par six éléments, dans lesquels hyposensibilité sensorielle et d' hypersensibilité ont été déterminées par trois questions chacun. Toutes les questions ont demandé aux participants à quelle fréquence ils ont connu un événement sensoriel et / ou effectué un comportement particulier, et les éléments ont répondu à l' aide d' une échelle de cinq points (jamais, rarement, parfois, souvent, toujours). Exemple éléments inclus " Est - ce que vous trouvez certains bruits ou emplacements de son ennuyeux?", "Ne lumières jamais blesser vos yeux ou causer un mal de tête?» Et «Avez - vous jamais sentir malade juste de sentir une certaine odeur?" Les réponses ont été codées sur une échelle de 0 (jamais) à 4 (toujours), avec des scores possibles allant de 0 à 168.


DONC LES QUESTIONS DEMANDEES SONT ORIENTEES DANS L'ETUDE PLUS HAUT......


qu'en pensez-vous?





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.pinterest.com/chantalautisme/
chantal 83



Nombre de messages : 4704
je suis touché par le handicap : : fille autiste adulte diag.CRA PACA
gravement atteinte neurologiquement dès naissance

je suis membre d\'associations : membre plusieurs associations

Date d'inscription : 04/06/2007

MessageSujet: Re: hallucinations courantes chez les adultes autistes   Jeu 1 Juin - 14:01

http://chezfloetnath.niceboard.com/t7721-cablage-diff-pour-autisme-avec-tr-sensoriels-et-sans


http://chezfloetnath.niceboard.com/t7467-hallucinations-sensorielles-et-epilepsies?highlight=%E9pilepsies+et+troubles+sensoriels





ne pas oublier que chez les autistes et chez les schizophrènes, un certain nombre ont un lien commun et ce sont les épilepsies

maladie neurologique.....


Dernière édition par chantal 83 le Mer 7 Juin - 12:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.pinterest.com/chantalautisme/
chantal 83



Nombre de messages : 4704
je suis touché par le handicap : : fille autiste adulte diag.CRA PACA
gravement atteinte neurologiquement dès naissance

je suis membre d\'associations : membre plusieurs associations

Date d'inscription : 04/06/2007

MessageSujet: Re: hallucinations courantes chez les adultes autistes   Mer 7 Juin - 12:41

textes en anglais sur épilepsies et troubles psychiatriques datant de 2015 et 2014 et 2016 :


http://iacapap.org/wp-content/uploads/I.2-EPILEPSY-072012.pdf


https://www.epilepsysociety.org.uk/sites/default/files/attachments/Chapter16Foong2015.pdf


http://www.psychiatrictimes.com/special-reports/epilepsy-and-seizures-neuropsychiatric-implications


DATE DE 2016:


http://emedicine.medscape.com/article/1186336-overview


traduction:  partie 1:

Troubles psychiatriques associés à l'épilepsie
Mise à jour: 04 févr. 2016
Auteur: Fahad Salih Algreeshah, MD; Éditeur en chef: Jose E Cavazos, MD, PhD, FAAN, FANA, FACNS plus ...
Aperçu
La Ligue internationale contre l'épilepsie (ILAE) et le Bureau international de l'épilepsie (IBE) définissent l'épilepsie comme un trouble du cerveau caractérisé par une prédisposition durable à générer des crises épileptiques et par les conséquences biologiques, cognitives, psychologiques et sociales de cette affection. Cette association peut refléter la source anatomique et neurobiologique des crises épileptiques et des manifestations comportementales.
Les antiépileptiques (AED) peuvent jouer un rôle dans la genèse des symptômes psychiatriques; D'autre part, certains médicaments psychotropes peuvent abaisser le seuil de crise et provoquer des crises épileptiques.
En effet, il est généralement admis que l'incidence des troubles neuro-comportementaux est plus élevée chez les patients atteints d'épilepsie que chez la population générale, bien que certains auteurs soutiennent que cette surreprésentation apparente est due à des erreurs d'échantillonnage ou à des groupes témoins inadéquats. Beaucoup, mais pas tous, les auteurs acceptent également la proposition selon laquelle le lien entre les troubles neuro-comportementaux et le lobe temporal ou l'épilepsie partielle complexe est particulièrement fort.
Passez à Epilepsy and Seizures pour un aperçu de ce sujet. De plus, passez à des crises psychiatriques sans paternité pour obtenir des informations complètes sur ce sujet.

Facteurs de la relation entre l'épilepsie et les troubles du comportement

Les mécanismes de relation entre l'épilepsie et les troubles du comportement sont les suivants:
Neuropathologie commune
Prédisposition génétique
Trouble du développement
Effets neurophysiologiques de l'Ictal
Inhibition ou hypometabolisme entourant le foyer épileptique
Épileptogenèse secondaire
Modification de la sensibilité du récepteur
Altérations endocrinologiques secondaires
Maladie psychiatrique primaire et indépendante
Conséquence du traitement médical ou chirurgical
Conséquence du fardeau psychosocial de l'épilepsie
Les facteurs biologiques et psychosociaux à interaction multiple déterminent le risque de développement de psychoses schizophrénergiques ou de dépression majeure chez les patients atteints d'épilepsie, et les troubles du comportement de l'épilepsie présentent de multiples facteurs de risque et des étiologies multifactorielles. [ 1 ]

Rôle du neurologiste dans la gestion psychiatrique des patients atteints d'épilepsie

En tant que neurologues, nous avons tendance à nous concentrer sur le contrôle des crises et les comorbidités psychiatriques sont souvent sous-estimées. Reconnaître les manifestations psychiatriques est une zone qui doit être améliorée. Une fois que les symptômes sont identifiés, les questions suivantes se posent [ 2 ] :
Est-ce que les symptômes liés à l'apparition de convulsions (pré-ique, ictal, postictal) sont les symptômes?
Les symptômes sont-ils liés aux AED?
Est-ce que le début des symptômes associés à la rémission des crises chez les patients qui n'avaient plus répondu aux AED?
En raison de la phénoménologie de l'épilepsie, l'association étroite entre l'épilepsie et la psychiatrie a une longue histoire. L'approche traditionnelle des soins de l'épilepsie a consisté à se concentrer sur les convulsions et leur traitement. Se concentrer uniquement sur le traitement des convulsions, qui n'occupent qu'une faible proportion de la vie du patient, ne semble pas remédier à plusieurs des problèmes qui ont un impact négatif sur la qualité de vie du patient souffrant d'épilepsie.

Sackellares et Berent ont déclaré que les soins complets du patient épileptique nécessitent «une attention aux conséquences psychologiques et sociales de l'épilepsie ainsi qu'au contrôle des crises». [ 3 ]
Bien qu'il soit sans aucun doute important dans le soin du patient atteint d'épilepsie, les progrès dans le diagnostic et le traitement neurologiques ont tendance à obscurcir les manifestations comportementales de l'épilepsie jusqu'à ce que Gibbs attire l'attention sur l'incidence élevée de troubles du comportement chez les patients souffrant d'épilepsie du lobe temporal. [ 4 ]
Fréquence des troubles psychiatriques chez les patients atteints d'épilepsie

On estime que 20 à 30% des patients atteints d'épilepsie ont des troubles psychiatriques. [ 5 ]
Parmi les patients atteints de crises partielles complexes insolubles, 70% peuvent avoir un ou plusieurs diagnostics compatibles avec le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, troisième édition révisée ( DSM-III-R ); 58% de ces patients ont des antécédents d'épisodes dépressifs, 32% ont une agoraphobie sans panique ou autre trouble anxieux, et 13% ont des psychoses. [ 6 ]
Le risque de psychose chez les patients atteints d'épilepsie peut être de 6 à 12 fois celui de la population générale, avec une prévalence d'environ 7 à 8%; Chez les patients atteints d'épilepsie du lobe temporal réfractaire, la prévalence a été rapportée entre 0 et 16%. [ 7 ]
Les différences dans les taux peuvent résulter de différences dans les populations étudiées, les périodes de temps étudiées et les critères de diagnostic.
Les troubles psychiatriques les plus répandus dans l'épilepsie sont la dépression, l'anxiété et les psychoses. [ 8 , 9 , 10 , 11 , 12 , 13 ] (voir le tableau ci-dessous.)
Table. Taux de prévalence des troubles psychiatriques chez les patients souffrant d'épilepsie et de la population générale (données de 2007) [ 8 ] (Ouvrir la table dans une nouvelle fenêtre)
Trouble psychiatrique Contrôles Patients atteints d'épilepsie
Trouble dépressif majeur 10,7% 17,4%
Trouble anxieux 11,2% 22,8%
Trouble d'humeur / anxiété 19,6% 34,2%
Idée suicidaire 13,3% 25,0%
Autres 20,7% 35,5%
Les symptômes psychiatriques caractéristiques du syndrome neuro-comportemental de l'épilepsie (c'est-à-dire le syndrome de Morel) ont tendance à être distingués de la manière suivante:
Atypique pour le trouble psychiatrique
Épisodique
Pleomorphique


partie 2:

http://emedicine.medscape.com/article/1186336-overview#a2


traduction partie 2:

Troubles psychiatriques associés à l'épilepsie
Mise à jour: 04 févr. 2016
Auteur: Fahad Salih Algreeshah, MD; Éditeur en chef: Jose E Cavazos, MD, PhD, FAAN, FANA, FACNS plus ...
Troubles psychotiques
Les troubles psychotiques sont des troubles mentaux graves qui provoquent une perception et une perception anormales. Les individus psychotiques perdent leur relation avec la réalité. Les symptômes généralement décrits comme étant positifs, tels que des hallucinations, des illusions et des comportements désorganisés, ou négatifs, tels que la diminution de l'émotion, la réduction de la parole et l'incapacité d'initier et de soutenir des activités dirigées par les buts.
Vuilleumier et Jallon ont constaté que 2-9% des patients atteints d'épilepsie ont des troubles psychotiques. [ 14 ]
Perez et Trimble ont signalé que près de la moitié des patients souffrant d'épilepsie avec psychose pouvaient être diagnostiqués avec une schizophrénie. [ 15 ]
L'etiologie et la pathogenèse de la psychose dans l'épilepsie sont mal comprises; Cependant, des changements neuroanatomiques ont été observés chez les patients atteints de psychose et comprennent ce qui suit:
Asymétrie de l'amygdale et segment antérieur de l'hippocampe [ 16 ]
Règle du complexe hippocampal-amygdale dans la pathogenèse de la schizophrénie [ 17 ]
Volume plus petit de matière grise dans le gyri temporel gauche et moyen et gyrus temporel postérieur supérieur supérieur [ 18 ]
Règle du gyrus frontal moyen bilatéral (cortex préfrontal) dans la psychose ouverte survenant avec la schizophrénie [ 19 ]
Le cortex temporel supérieur et le dysfonctionnement des rejets corollaires dans l'hallucination auditive [ 20 ]
Les patients atteints d'épilepsie du lobe temporal et de psychose de l'épilepsie ont un volume de cerveau nettement plus faible que les personnes atteintes d'épilepsie du lobe temporal seul, et la psychose de l'épilepsie est une entité nosologique distincte différente de la schizophrénie. [ 21 ]
Kanner déclare que diverses classifications ont été proposées pour les psychoses associées à l'épilepsie. Il affirme que pour le neurologiste, le plus utile pourrait être celui qui distingue les psychoses étroitement liées aux convulsions (psychothérapie ictal ou posticulaire), celles liées à la rémission des crises (psychose alternative), aux psychoses avec un cours plus stable et chronique (p. Ex., Interictal Psychose) et des processus psychotiques iatrogènes liés aux antiépileptiques. [ 22 ]
Événements Ictal

L'état d'épilepticus (c'est-à-dire l'état épileptique complexe du statut partiel et l'état d'absence epileptique) peut imiter les troubles psychiatriques, y compris la psychose.
Évènements Posticulaires

Ainsi, les collègues ont distingué entre la psychose posticulaire, qui se caractérise par des illusions et des hallucinations bien systématisées dans un contexte d'orientation et de vigilance préservées, ainsi que de confusion posticulaire. Ils ont également distingué entre la psychose posticulaire auto-limitée et la psychose interitale chronique incessante observée dans une épilepsie de longue durée. [ 23 ]

Les critères proposés par Stagno pour la psychose post-thérapeutique sont les suivants [ 24 ] :
Les symptômes psychotiques ou psychiatriques se produisent après une crise ou, plus fréquemment, une série de convulsions, après un intervalle lucide, ou dans les 7 jours de la crise (s)
L'événement peut être une psychose, une dépression ou une exaltation ou peut être un symptôme anxieux
L'événement est limité dans le temps, jours durables ou, rarement, semaines; Aucun trouble significatif de la conscience ne se produit
Logsdail et Toone croient que le trouble de la conscience, la désorientation ou le délire peuvent être notés, et, si la conscience est intacte, des délirements et des hallucinations sont présents; Un mélange des deux peut également être noté. [ 25 ]
Les nuages ​​ne doivent pas être attribués à d'autres causes médicales ou psychiatriques (p. Ex. Intoxication par les drogues, épilepticus à l'état partiel complexe, perturbation métabolique).
Événements intercultifs

Les phénomènes psychotiques interictiques, en particulier les hallucinations et les délires, sont fréquents chez les patients atteints d'épilepsie. [ 26 , 27 , 28 ]
Bien que de nombreuses étiologies de psychose dans l'épilepsie aient été proposées, la signification de facteurs tels que le type de convulsions, la classification de l'épilepsie, la latéralisation des foyers et l'âge au début de l'épilepsie reste incertaine. [ 29 , 30 , 31 , 32 ]
Tarulli et al ont documenté des cas de patients qui avaient des épisodes multiples de psychose postopératoire avant de développer une psychose interictuelle. [ 33 ] Ils ont conclu qu'une progression de la psychose posticulaire à la psychothérapie interictuelle peut être en jeu et que la sensibilisation accrue et le traitement rapide de la psychose posticulaire peuvent inhiber ou prévenir le développement de certains cas de psychose interictuelle.
Facteurs du développement de la psychose

On croit que les variables suivantes ont des liens particulièrement forts au développement de phénomènes psychotiques chez les patients atteints d'épilepsie:
Antécédents familiaux de psychose - Les patients qui avaient des antécédents familiaux de psychose étaient extrêmement sensibles à la psychose, donc un facteur génétique semble être impliqué
Âge au début de l'épilepsie - Les patients atteints de psychose interictique ont montré un début d'épilepsie nettement plus tôt [ 34 , 35 , 36 , 37 , 38 ]
Type de crise - L'existence d'une crise partielle complexe (principalement l'épilepsie du lobe temporel) peut être fortement associée aux psychoses intericulaires [ 39 , 40 ]
Intelligence - Les patients ayant un fonctionnement intellectuel limité ont tendance à développer des symptômes psychotiques relativement fréquemment [ 34 , 35 ]
Les facteurs de risque de développer une psychose dans l'épilepsie trouvés dans certaines études comprennent également les suivantes [ 41 ] :
Les crises partielles complexes, en particulier avec les foyers des lobes temporels
La présence de "tissu étranger" (p. Ex., Petites tumeurs, hamartomes)
Gangliogliomes du loque temporal mésical
Gaucher, surtout chez les femmes
En ce qui concerne le premier élément ci-dessus, certains auteurs ont noté une prédominance des foyers de gauche. L'épilepsie du lobe frontal est également fréquente.
Schmitz et al ont étudié les facteurs de risque et les ont classés par le système suivant:
Facteurs biologiques
Le début de l'épilepsie
Épilepsie plus sévère
Facteurs psychosociaux
Contexte familial dérangé
Manque de relations interpersonnelles
Dépendance sociale
Échec professionnel
Lèche temporaire plus fréquent et épilepsies inclassables et épilepsies généralisées moins fréquentes
En ce qui concerne le dernier élément ci-dessus, aucune différence significative dans les types d'épilepsies entre les patients atteints d'épilepsie et de psychose et les patients atteints d'épilepsie sans maladie psychiatrique ont été trouvés.
Trimble et Schmitz croient que les conclusions présentées dans la littérature sur les facteurs de risque sont très controversées. [ 41 ]
Schizophrénie

Dans une étude de revue des patients atteints d'épilepsie qui ont développé une psychose, Tandon et DeQuardo ont constaté que les psychoses des patients étaient habituellement une forme de schizophrénie, le plus souvent la schizophrénie paranoïaque. [ 42 ]
Stagno a signalé que les psychoses interculturelles persistantes de l'épilepsie et les psychoses schizophrénies de l'épilepsie se distinguent de la schizophrénie au sens psychiatrique traditionnel par le suivant [ 43 ] :
Manque de symptômes négatifs de la schizophrénie, en particulier l'aplatissement des affections et la détérioration de la personnalité
Une meilleure personnalité prémorbide
Illusions paranoïaques
Delusions de référence
Cours plus bénin et variable
Traitement

Le statut épileptique et les anomalies ictal sont traités de la même manière que les événements épileptiques non psychiatriques. Les événements posticaux sont traités en améliorant le contrôle des crises.
Ainsi, et d'autres pensent que la psychose posticulaire remonte spontanément même sans traitement, mais que l'utilisation de neuroleptiques efficaces peut raccourcir la durée. [ 44 ] La psychose interictique est traitée avec des antipsychotiques. Les médicaments qui réduisent le seuil de crise devraient être évités. Certaines études indiquent que la rispéridone , la molindone et la fluphénazine peuvent avoir de meilleurs profils que les antipsychotiques plus âgés; On a signalé que la clozapine confère un risque particulièrement élevé de convulsions.
Normalisation forcée
Le traitement de l'une quelconque des psychoses de l'épilepsie devrait prendre en considération le phénomène appelé normalisation forcée, qui est un concept décrit par Landolt dans les années 1950. Lorsque l'électroencéphalogramme (EEG) chez les patients psychotiques est normalisé, souvent avec des médicaments anticonvulsivants, le problème psychiatrique s'aggrave.
La psychose alternative, ou l'antagonisme entre les convulsions et les anomalies comportementales (p. Ex. Aggravation du comportement avec amélioration du contrôle des crises) est un phénomène similaire connu depuis plus longtemps. La normalisation forcée est souvent décrite chez les patients traités par éthosuximide ; Anecdotique, cependant, des effets de normalisation forcée ont été produits par le traitement avec la plupart des agents antiépileptiques, y compris les nouveaux agents. Le mécanisme sous-jacent à ces phénomènes intéressants n'est pas encore compris. Beaucoup d'auteurs considèrent que l'idée de la normalisation forcée est quelque peu controversée.


partie 3:

http://emedicine.medscape.com/article/1186336-overview#a3

traduction:

Troubles psychiatriques associés à l'épilepsie
Mise à jour: 04 févr. 2016
Auteur: Fahad Salih Algreeshah, MD; Éditeur en chef: Jose E Cavazos, MD, PhD, FAAN, FANA, FACNS plus ...
Troubles affectifs bipolaires
Le trouble affectif bipolaire est une maladie psychiatrique chronique avec de graves changements d'humeur avec un large éventail de manifestations cliniques. Un certain nombre d'études ont démontré que les troubles affectifs de l'épilepsie représentent une comorbidité psychiatrique commune; Cependant, la plupart des publications neuropsychiatriques se concentrent sur la dépression, ce qui est en fait important. [ 45 ]
L'incidence du développement du trouble affectif bipolaire dans l'épilepsie est de 1,69 cas par 1000 personnes-année, contre 0,07 dans la population générale. [ 46 ]
Les symptômes bipolaires étaient de 1,6-2,2 fois plus fréquents chez les sujets atteints d'épilepsie que chez la migraine, l'asthme ou le diabète sucré et 6,6 fois plus susceptibles de se produire que chez les sujets sains. Au total, 49,7% des patients atteints d'épilepsie qui ont montré une probabilité positive de symptômes bipolaires ont été diagnostiqués avec un trouble bipolaire par un médecin, soit près du double du taux observé dans d'autres troubles. [ 47 ]
Dépression

La dépression est un état mental ou un trouble mental chronique caractérisé par des sentiments de tristesse, de solitude, de désespoir, de faible estime de soi et d'auto-reproche. Les signes d'accompagnement incluent le retard psychomotrice (ou moins fréquent, l'agitation), le retrait du contact social et les états végétatifs, comme la perte d'appétit et l'insomnie.

La dépression est la comorbidité psychiatrique la plus fréquente observée chez les patients atteints d'épilepsie. Il est plus probable que cela se produise chez les patients présentant des troubles de crise partielle de l'origine du lobe temporel et frontal. Il est également plus fréquent chez les patients avec des crises mal contrôlées. [ 48 ]
Deux possibilités existent: (1) la dépression est une réaction à l'épilepsie ou (2) la dépression fait partie de l'épilepsie.
Mendez et al ont comparé les patients atteints d'épilepsie à des témoins assortis sans épilepsie, mais avec un degré similaire d'incapacité d'autres maladies médicales chroniques et ont constaté que, alors que 55% des patients atteints d'épilepsie ont signalé une dépression, seulement 30% des témoins appariés ont signalé une dépression. [ 49 ]
Mendez et al concluent que la dépression est liée à un psychosyndrome épileptique spécifique.

D'autre part, Robertson a conclu que, à quelques exceptions près, la phénoménologie de la dépression dans une large mesure n'est pas attribuée aux variables de la neuroépilepsie; Cependant, toutes les études n'ont pas trouvé cette différence. [ 50 ]
Chez les patients atteints d'épilepsie réfractaire, la présence de dépression est l'une des variables les plus importantes pour avoir une incidence sur leur qualité de vie, même plus que la fréquence et la gravité des crises.
Plusieurs études ont démontré que la qualité de vie s'améliore de manière significative chez les patients atteints d'épilepsie qui sont dépourvus de crises. Si ces patients sont exclus, Boylan et al ont constaté que la qualité de vie est liée à la dépression, mais pas au degré de contrôle des crises. [ 51 ]
En dépit de sa forte prévalence chez les patients atteints d'épilepsie, la dépression reste souvent inconnue et non traitée. Les raisons pour lesquelles les cliniciens ne parviennent pas à reconnaître les troubles dépressifs chez les patients atteints d'épilepsie sont les suivantes [ 52 ] :
Les patients ont tendance à minimiser leurs symptômes psychiatriques par peur d'être encore stigmatisés
Les manifestations cliniques de certains types de troubles dépressifs dans l'épilepsie diffèrent des troubles dépressifs chez les patients sans épilepsie et ne sont donc pas reconnues par les médecins.
Les cliniciens ne se préoccupent généralement pas des symptômes psychiatriques
Les patients et les cliniciens ont tendance à minimiser la signification des symptômes de la dépression car ils considèrent qu'ils reflètent un processus d'adaptation normal à cette maladie chronique [ 53 ]
La préoccupation que les antidépresseurs peuvent réduire le seuil de crise a généré chez les cliniciens une certaine réticence à utiliser des psychotropes chez les patients atteints d'épilepsie

Les facteurs de risque pour le développement de la dépression chez les patients atteints d'épilepsie sont les suivants:
Lobe temporel (mais pas lobe frontal) convulsions complexes partielles
Auras végétatives
Antécédents familiaux de maladie psychiatrique, en particulier dépression
Les effets de la latéralité, qui sont controversés
Facteurs physiologiques associés à l'épilepsie et à la dépression
La diminution des fonctions sérotonergiques, noradrénergiques et GABAergiques ont été identifiées comme des mécanismes étiologiques essentiels dans la dépression et ont servi de base aux traitements pharmacologiques antidépresseurs. [ 54 ] L'activité diminuée de ces mêmes neurotransmetteurs a été démontrée pour faciliter le processus d'allumage des foyers saisonniers, pour exacerber la sévérité des crises et pour intensifier la prédisposition des crises dans certains modèles animaux d'épilepsie.
Par conséquent, des changements parallèles de la sérotonine, de la norepinephrine, de la dopamine et de la GABA peuvent être opérants dans la pathophysiologie des troubles dépressifs et de l'épilepsie. Jobe et al ont présenté des preuves que certains types de dépression et certains types d'épilepsie peuvent être associés à une diminution de la transmission noradrénergique et sérotonergique dans le cerveau. [ 55 ]
Flor-Henry a spéculé que la dépression pourrait être liée aux foyers droits (non-dominants), une constatation confirmée par quelques autres enquêteurs. [ 56 ]
Certains auteurs ont suggéré que l'élation est associée à des lésions droites et à la dépression ou à la tristesse avec des lésions du côté gauche. La plupart des études qui trouvent une relation entre la latéralité et la dépression ont constaté que la dépression était plus fréquente avec les foyers du côté gauche.
Lopez-Rodriguez et al ont constaté que les épisodes dépressifs majeurs étaient statistiquement plus fréquents chez les patients atteints de crises de lobes temporels gauche que chez les patients atteints de convulsions du loque temporal droit. [ 57 ]
D'autres auteurs ne signalent aucune différence de la latéralité dans les taux de dépression.
Autres facteurs associés à la dépression dans l'épilepsie
L'une des variables reliant la dépression et l'épilepsie est une histoire familiale de dépression.
Une plus grande fréquence de dépression a été observée chez les patients atteints de convulsions provenant de structures limbiques; De plus, un dysfonctionnement du lobe frontal a été associé à la dépression.
La qualité de vie est souvent insuffisante pour les patients atteints d'épilepsie, ce qui peut nuire à l'humeur. [ 58 , 59 , 60 , 61 , 62 ]
L'augmentation du stress financier, des facteurs de stress vitaux et un mauvais ajustement aux saisies prédisent l'augmentation de la dépression. [ 63 ]
Le manque de contrôle de la maladie peut être un facteur de risque supplémentaire pour la dépression. [ 64 , 65 ]
La dépression dans l'épilepsie peut également résulter de causes iatrogènes (pharmacologiques et chirurgicales).
Les AED les plus fréquemment associés aux symptômes dépressifs iatrogènes sont les suivants [ 66 ] :
Phénobarbital
Primidone
Vigabatrin
Levetiracétam
Felbamate
Topiramate
Un désordre dépressif peut également se produire après l'arrêt des AED avec des propriétés psychotropes positives, comme la carbamazépine , l' oxcarbazépine , l'acide valproïque et la lamotrigine .
Fréquence de la dépression dans l'épilepsie
Chez les patients souffrant d'épilepsie, les taux de dépression rapportés se situent entre 8 et 48% (moyenne de 29%, médiane de 32%); La prévalence de la dépression dans la population générale varie dans différentes études épidémiologiques de 6 à 17%. [ 67 ]
Dans une étude sur les patients atteints d'épilepsie qui ont été admis dans un hôpital psychiatrique, Betts a constaté que la dépression était le diagnostic psychiatrique le plus fréquent.
Williams a étudié 2000 patients atteints d'épilepsie et a constaté que l'humeur dépressive faisait partie de l'attaque en 21. Selon Williams, l'humeur dépressive était la deuxième émotion la plus commune constituant une partie de l'attaque, la peur étant la plus commune. [ 68 ] D'autres ont trouvé des résultats similaires.
Caractéristiques de la dépression chez les patients atteints d'épilepsie
Les caractéristiques des patients souffrant d'épilepsie qui ont également une dépression sont les suivantes:
Moins de traits névrotiques
Plus de traits psychotiques
Des scores plus élevés d'antécédents de traits et d'état
Affections anormales et troubles chroniques dysthymiques
Les scores élevés d'hostilité, en particulier pour l'autocritique et la culpabilité
Démarrage soudain et durée brève des symptômes
Peut-être que 10 à 20% des personnes atteintes d'épilepsie ont un prodrome péri-ictal composé d'humeur dépressive irritable, parfois avec anxiété ou tension et maux de tête. Bien que Williams ait noté chez ses patients que la perturbation de l'humeur persisterait pendant 1 heure à 3 jours après l'ictus, les syndromes affectifs posticulaires ont reçu peu d'attention dans la littérature. [ 68 ]
Blumer a défini un trouble dysphorique interictif chez les patients atteints d'épilepsie dans lesquels les symptômes ont tendance à être intermittents. [ 69 ]
En moyenne, les patients ont tendance à avoir 5 des symptômes suivants (gamme 3-Cool:
Humeur dépressive
Anergia
Douleur
Insomnie
Peur
Anxiété
Irritabilité paroxystique
Humeurs euphoriques
Kanner a noté que les symptômes de la dépression chez les patients atteints d'épilepsie sont différents de ceux des patients sans épilepsie. Il croit que les patients atteints d'épilepsie qui se sentent justifier un traitement antidépresseur ne respectent souvent pas les critères formels de DSM pour un trouble de l'humeur et conclut que le problème de la dépression dans l'épilepsie peut être sous-estimé en utilisant des instruments de dépistage conçus pour être utilisés chez des patients psychiatriques. [ 70 ]
Kanner a continué avec cette recherche en utilisant les critères DSM-IV . La plupart des symptômes présentent un cours de cirage et de décroissement, avec des périodes sans symptômes. Il a parlé de cette forme de dépression comme «trouble dysthymique de l'épilepsie».
Caplan et al estiment que la dépression chez les enfants et les adolescents atteints d'épilepsie tend à avoir une présentation différente de celle observée chez les adultes atteints d'épilepsie, bien que certains adolescents atteints de dépression présentent un syndrome semblable à celui observé chez les adultes. Ils ont signalé que les enfants atteints de dépression ne semblent souvent pas tristes et que la dépression peut se manifester par les éléments suivants [ 71 ] :
Irritabilité
Oppositionnalité
Agression
Colère
Pour cette raison, des instruments spéciaux sont utilisés pour évaluer la dépression chez les enfants.
Thome-Souza et al ont rapporté que la dépression chez les enfants atteints d'épilepsie peut être sous-diagnostiquée et non traitée pour des périodes plus longues que chez les adultes. Ils ont constaté que 70,5% des enfants et des adolescents de l'étude avaient des troubles psychiatriques et que le trouble psychiatrique le plus fréquent chez les enfants était le trouble déficitaire de l'attention / hyperactivité (TDAH) et le trouble psychiatrique le plus fréquent chez les adolescents était la dépression. Ils ont constaté que les antécédents familiaux étaient également un déterminant important des troubles de l'humeur chez les enfants et les adolescents. [ 72 ]
Symptômes précoce de la dépression
Catégoriser la dépression chez les patients atteints d'épilepsie, car la dépression péri-ictale (de manière préitative, ictale ou positique) et d'intérêt peut être utile.
On pense que les symptômes de la dépression précoce présentent des symptômes d'irritabilité, une tolérance de frustration médiocre, une hyperactivité motrice et un comportement agressif chez les enfants atteints d'épilepsie. Cependant, très peu d'études ont été réalisées dans la littérature. [ 73 ]
Symptômes irrégulaires de la dépression
Les symptômes de l'Ictal sont l'expression clinique d'une crise partielle simple. Les symptômes psychiatriques se produisent dans environ 25% des auras. Les symptômes les plus fréquents comprennent les sentiments d'anhédonie, de culpabilité et d'idées suicidaires. [ 74 ]
Symptômes postopératoires de la dépression
Les symptômes postopératoires de la dépression ont été reconnus depuis longtemps, mais ils ont été mal étudiés de manière systématique. [ 75 ]
Symptômes intericulaires de la dépression
Pour les patients souffrant d'épilepsie de subir des épisodes dépressifs qui ne répondent à aucun des critères DSM-IV-TR n'est pas inhabituel. Kraepelin et Bleuler ont été les premiers à décrire les symptômes affectifs de l'irritabilité proéminente, mélangés à l'humeur euphorique, à la peur et aux symptômes d'anxiété, ainsi qu'à l'anergie, à la douleur et à l'insomnie. [ 76 , 77 , 78 ]
En 1986, Mendez et al ont utilisé le terme de dépression atypique chez les patients atteints d'épilepsie en utilisant les critères DSM-III-R .
Traitement
Le traitement des troubles de l'humeur chez les patients atteints d'épilepsie comprend la réévaluation du régime anticonvulsivant, l'utilisation prudente mais agressive des antidépresseurs et la psychothérapie.
Tout d'abord, le traitement implique le contrôle des crises avec des thérapies anticonvulsivantes appropriées. Un phénomène analogue à une psychose alternative, une aggravation du comportement avec un meilleur contrôle des crises, a été signalé dans les troubles de l'humeur associés à l'épilepsie.
Il est prouvé que certaines thérapies anticonvulsivantes, y compris la stimulation du nerf vague, le valproate, la gabapentine , la carbamazépine et la lamotrigine, ont également des effets antidépresseurs et peuvent s'avérer efficaces dans le traitement de la dépression chez les patients atteints d'épilepsie. Le phénobarbital est connu pour produire une dépression.
Selon Schmitz, la vigabatrine a été liée aux psychoses et à la dépression majeure, et la phénytoïne a été associée à des encéphalopathies toxiques. [ 79 ]
McConnell et Duncan citent certains patients chez lesquels la phénytoïne avait été liée à la dépression et à la manie. Un cas a été établi que les médicaments GABAergic peuvent être associés à une incidence accrue de problèmes psychiatriques. [ 80 ]
Cependant, des antidépresseurs peuvent être nécessaires pour traiter efficacement la dépression chez ces patients. Lorsqu'un antidépresseur est prescrit, le potentiel épileptogène, les effets indésirables et les interactions médicamenteuses doivent être évalués. Les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (SSRI) tels que le citalopram (en raison de son manque d'interactions médicamenteuses) et des composés à base de récepteurs multiples comme la nefazodone ou la venlafaxine sont suggérés comme traitements de première intention. Il convient d'éviter le bupropion , la maprotiline et la clomipramine .
Pratiquement tous les antidépresseurs anti-oxydase non-monoamine oxydase (IMAO) ont été rapportés pour abaisser le seuil de crise. Dans le traitement de la dépression liée à l'épilepsie, il faut accorder une priorité à l'optimisation du contrôle des crises, car l'amélioration du fonctionnement psychosocial accompagne la rémission des crises. Les antidépresseurs peuvent manifester des effets convulsifs et anticonvulsivants. La maprotiline et l' amoxapine présentent le plus grand risque de crise; La doxépine , la trazodone et la fluvoxamine semblent avoir le risque le plus bas.
Le traitement électroconvulsif n'est pas contre-indiqué et peut s'avérer efficace pour les patients atteints d'épilepsie présentant une dépression sévère, résistant aux traitements ou psychotiques.
Il est impératif que la dépression soit reconnue et traitée chez les patients atteints d'épilepsie. D'autres études prospectives sur les nouvelles options de traitement pour la dépression dans cette population de patients sont nécessaires. [ 81 ]
La manie

Dans une série soigneusement sélectionnée de patients atteints d'épilepsie, Williams a constaté que seulement 165 de 2000 patients avaient des expériences complexes, y compris émotionnelles, ictal. [ 82 ]
Sur ces 165 patients, seulement 3 décrit l'exaltation. La manie et l'hypomanie sont rares en association avec l'épilepsie.
La maladie maniaco-dépressive est également rare; De 66 patients atteints d'épilepsie et de dépression majeure, seulement 2 avaient un trouble bipolaire. Cette rareté est probablement, dans une certaine mesure, secondaire à l'effet antimanique des médicaments tels que la carbamazépine et le valproate. Cependant, la manie était peu associée à l'épilepsie, même avant l'utilisation de médicaments antiépileptiques modernes.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.pinterest.com/chantalautisme/
chantal 83



Nombre de messages : 4704
je suis touché par le handicap : : fille autiste adulte diag.CRA PACA
gravement atteinte neurologiquement dès naissance

je suis membre d\'associations : membre plusieurs associations

Date d'inscription : 04/06/2007

MessageSujet: Re: hallucinations courantes chez les adultes autistes   Mer 7 Juin - 13:07

épilepsies et troubles psychiatriques suite et partie 5 TRES INTERESSANTE:

http://emedicine.medscape.com/article/1186336-overview#a5


anxiété et épilepsies:

Troubles psychiatriques associés à l'épilepsie
Mise à jour: 04 févr. 2016
Auteur: Fahad Salih Algreeshah, MD; Éditeur en chef: Jose E Cavazos, MD, PhD, FAAN, FANA, FACNS plus ...
Troubles anxieux
L'anxiété est une expérience de peur ou d'appréhension en réponse à un danger interne ou externe anticipé, accompagné d'une tension musculaire, d'une agitation, d'une hyperactivité sympathique et / ou de signes et symptômes cognitifs (hypervigilance, confusion, diminution de la concentration ou peur de perdre le contrôle).
L'angoisse est fréquente chez les patients atteints d'épilepsie; De 49 patients atteints d'épilepsie fréquentant un centre d'aide à l'épilepsie tertiaire, 57% avaient une anxiété de haut niveau.
L'anxiété chez les patients atteints d'épilepsie peut être ictal, posticulaire ou interictal.
GABA est l'émetteur inhibiteur le plus important du système nerveux central. Les données suggèrent que le fonctionnement anormal des récepteurs GABA pourrait être d'une grande importance dans la pathophysiologie de l'épilepsie et des troubles anxieux. [ 82 , 81 ]

La différenciation entre la peur spontanée et la peur réactive (c.-à-d., La réaction à la connaissance qu'une crise peut se produire) peut être difficile. Le trouble panique peut produire des symptômes paroxystiques, qui peuvent être confondus avec des événements épileptiques et peuvent ne pas être reconnus chez les patients atteints d'épilepsie. L'angoisse peut également être liée à un trouble d'attaque non pétrolifère.
Symptômes de l'anxiété dans l'épilepsie

Les symptômes d'anxiété dans l'épilepsie peuvent résulter ou être exacerbés par des réactions psychologiques, y compris des réponses à l'imprévisibilité des crises et des restrictions d'activités normales. Il en résulte une faible estime de soi, une stigmatisation et un rejet social. [ 1 , 83 , 84 ] Selon Goldstein et Harden, les événements épileptiques peuvent produire des symptômes indiscernables de ceux du trouble ancestral d'anxiété. [ 85 ]
La peur et l'anxiété sont souvent associées à des crises partielles simples. Torta et Keller ont estimé que la peur se produit comme une aura dans jusqu'à 15% des patients, [ 11 ] et Goldstein et Harden ont conclu de plusieurs études que la peur est l'une des émotions les plus courantes. [ 85 ]
Les symptômes d'anxiété de l'Ictal se manifestent comme la peur ou la panique, parfois avec d'autres caractéristiques des décharges temporelles, comme la dépersonnalisation et le déjà vu, ainsi que d'autres phénomènes psychologiques et autonomes. [ 1 , 86 ]

Anxiété associée au type d'épilepsie et fréquence des crises

Les taux de comorbidités psychiatriques les plus élevés, y compris l'anxiété, sont rapportés chez les patients atteints de troubles chroniques et rénaux réfractaires. [ 1 , 83 , 86 , 87 ]
Fait intéressant, cependant, Goldstein et al ont constaté que les patients atteints d'épilepsie à forte fréquence d'épilepsie avaient des scores d'anxiété plus faibles que les patients ayant une fréquence de crise plus faible. [ 88 ]
Le risque d'anxiété est plus élevé dans l'épilepsie focale (plus fréquente dans le lobe temporal) que dans l'épilepsie généralisée. Chez les patients atteints d'épilepsie du loque temporal, Trimble et al ont rapporté que 19% des patients avaient un diagnostic d'angoisse et 11% ont été diagnostiqués avec une dépression.
Edeh et Toone ont constaté que les patients atteints d'épilepsie des lobes temporels ont obtenu plus d'anxiété que ceux atteints d'épilepsie focale et non temporaire. [ 4 ]

L'anxiété peut également être observée dans l'épilepsie des lobes frontaux.
Angoisse intestinale et interique

L'anxiété chez les patients souffrant d'épilepsie peut apparaître comme un phénomène ictal, comme une émotion intericale normale ou dans le cadre d'un trouble anxieux accompagnant, dans le cadre d'un trouble dépressif qui l'accompagne, ou en association avec des événements non transmissibles à des crises comme faisant partie d'un trouble antécédant primaire sous-jacent.
L'anxiété intericulaire a une grande influence sur la qualité de vie des patients, puisque la plupart ont une crainte permanente de nouveaux rejets. Torta et Keller ont estimé que jusqu'à 66% des patients atteints d'épilepsie signalent une angoisse intericulaire. Goldstein et Harden ont proposé 2 principaux mécanismes psychologiques pour cela, comme suit:
Peur de la récidive des crises (phobie saisonnière)
Problèmes entourant le lieu de contrôle
Ils ont conclu que les cas documentés de phobie saisissante réelle sont rares, mais qu'un sentiment de locus dispersé peut provoquer des problèmes profonds chez les patients atteints d'épilepsie.
Traitement

Plusieurs études ont montré que la prégabaline, utilisée comme adjuvant pour les crises partielles, a été un traitement efficace, rapide et sûr pour un trouble anxieux généralisé .
Recherche

Bien que, comme on l'a vu plus haut, des études portant sur l'association entre l'anxiété et l'épilepsie ont été réalisées, en raison de la difficulté à séparer l'anxiété qui accompagne une maladie chronique d'une anxiété pathologique, les études portant sur l'anxiété chez l'épilepsie ont néanmoins été relativement peu nombreuses.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.pinterest.com/chantalautisme/
chantal 83



Nombre de messages : 4704
je suis touché par le handicap : : fille autiste adulte diag.CRA PACA
gravement atteinte neurologiquement dès naissance

je suis membre d\'associations : membre plusieurs associations

Date d'inscription : 04/06/2007

MessageSujet: Re: hallucinations courantes chez les adultes autistes   Mer 7 Juin - 13:15

concernant les épilepsies:

http://icm-institute.org/fr/epilepsie/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.pinterest.com/chantalautisme/
chantal 83



Nombre de messages : 4704
je suis touché par le handicap : : fille autiste adulte diag.CRA PACA
gravement atteinte neurologiquement dès naissance

je suis membre d\'associations : membre plusieurs associations

Date d'inscription : 04/06/2007

MessageSujet: Re: hallucinations courantes chez les adultes autistes   Mer 7 Juin - 13:16

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.pinterest.com/chantalautisme/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: hallucinations courantes chez les adultes autistes   

Revenir en haut Aller en bas
 
hallucinations courantes chez les adultes autistes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Crise chez mes beaux parents :-(
» Ma visite chez l'endocrinologue Echographie, Scintigraphie,
» 1er rendez vous chez l'orthophoniste
» Constipation chez bébé
» comment être sure que l' énergie que je puise chez mon amie ne lui fais aucun mal ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: handicap : des infos !!!! :: Scientifique-
Sauter vers: