AccueilPortailGalerieRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 RATIO PSYCHIATRES VERSUS NEUROLOGUES EN FRANCE

Aller en bas 
AuteurMessage
chantal 83
administrateur


Nombre de messages : 5875
je suis touché par le handicap : : fille autiste adulte diag.CRA PACA
gravement atteinte neurologiquement dès naissance

je suis membre d\'associations : membre plusieurs associations

Date d'inscription : 04/06/2007

RATIO PSYCHIATRES VERSUS NEUROLOGUES EN FRANCE Empty
MessageSujet: RATIO PSYCHIATRES VERSUS NEUROLOGUES EN FRANCE   RATIO PSYCHIATRES VERSUS NEUROLOGUES EN FRANCE Icon_minitimeSam 10 Déc - 15:00

http://www.profilmedecin.fr/contenu/


Il y a en 2016, 15.171 psychiatres et 692 pédopsychiatres ---------mais seulement 2.470 neurologues en exercice en france


donc un ratio de 15.863 PSYCHIATRES par rapport à 2.470 neurologues en france



------------------or pour la moitié au moins des autistes, les neurologues seraient plus à même de les prendre en charge

puisqu'ils parlent peu ou pas

puisqu'ils ont des maladies neurologiques comme des épilepsies, hydrocéphalies externe ou interne,sont nés prématurés.....

sont nés après des problèmes obstétriques ou ont eut des infections, ou des arrêts respiratoires........

de nombreux autistes ont des problèmes moteurs.......


DANS D'AUTRES PAYS COMME LA SUEDE, paraît-il, ce sont les neurologues qui prennent en charge les autistes........


----------------------maintenant, la bonne question à poser à nos gouvernements est la suivante:

pourquoi avons-nous tant de psychiatres par rapport aux neurologues dans notre pays?

est-ce pareil dans les autres pays européens ?

sommes -nous une nation avec tant de "maladies mentales" et et que nous en avons plus que les autres pays européens? Shocked  Shocked


http://www.psycom.org/Soins-accompagnements-et-entraide/Professionnels-de-la-psychiatrie

extrait:

Au 1er janvier 2015, la France comptait 15 048 psychiatres (salariés et libéraux) en exercice, dont 4 367 en Île-de-France.

C’est la densité la plus élevée d’Europe (22 psychiatres/100 000 habitants)      gerienfé  gerienfé  gerienfé  gerienfé  gerienfé


-----------------------


si le ratio était de 15.863 neurologues et de 2.470 psychiatres en exercice dans notre pays, qui s'occuperaient de nos enfants autistes? scratch  scratch  scratch  scratch  scratch  scratch  scratch  scratch  scratch  scratch  scratch  scratch  scratch  scratch  scratch







ma fille a deux ALD ------------------ALD 9 et ALD 23 pour son diag d'autisme

je vous dis pas le bordel  !!!!!!! et dans mon coin perdu:........il faut aller à toulon ou marseille pour voir un neurologue valable.....y compris pour E.E.G.
-------------------------------quand on parle de désert médical pour certaines spécialités........

---------------------------------------------c'est curieux, on n'entend jamais parler de revoir les formations des neurologues et les neurologues interviennent très très rarement lors de formations, colloques et congrès sur l'autisme

sauf concernant les épilepsies

et le reste?

c'est peut-être aussi aux associations qui sont concernées par l'autisme de changer "les cartes françaises"-----et d'inviter à chaque congrès et colloques et formations des neurologues sur:

-------------le trouble du langage
-------------sur les troubles moteurs

-------------sur les troubles visuels comme le strabisme

-------------sur les épilepsies en autisme et surtout sur la façon de les diagnostiquées------car en france , on croit toujours que la crise épileptique partielle prend rv avec le neurologue et l'examen EEG!         j'ai vu que dans les autres pays l'examen EEG se fait sur une plus longue période et le jour et la nuit........

-------------ici, dès qu'il y a un EEG de fait à un moment donné dans le temps et que rien d'anormal n'apparaît--------donc votre enfant n'est pas épileptique !

-------------les autistes ont d'autres troubles neurologiques comme par example les hydrocéphalies externe et interne, l'autisme chez les prématurés

-------------peu d' études sur les séquelles des bébés nés par cézarienne ou ceux nés après des problèmes obstétriques----dont le manque d'oxygène ,

-------------peu d'études sur le taux de bilirubine et la jaunisse et ses séquelles quand le taux est excessif

http://naitreetgrandir.com/fr/mauxenfants/indexmaladiesa_z/fiche.aspx?doc=naitre-grandir-sante-jaunisse-nourrisson-physiologique


               j'ai lu dans la presse anglophone, que les bébés qui ont été traités pour jaunisse, ont souvent des troubles sensoriels après.......bingo pour ma fille!

-------------on parle peu des bébés ayant eut des infections à la naissance et des séquelles neurologiques après.......

-------------on parle peu des bébés qui ont eut des convulsions fébriles ou  des convulsions épileptiques et des séquelles neurologiques

-------------pourquoi certains autistes ont un trouble du potassium dès la naissance ?(même la cohorte du Docteur Lemon... a des patient-s avec ce trouble du potassium) -------------------------ce trouble du potassium avait déjà été repéré par rimland et ARI depuis longtemps......


-------------etc.....


SI VOUS EXAMINEZ LES DOSSIERS MEDICAUX DES BEBES , diagnostiqués plus tard autistes, vous retrouverez des problèmes médicaux soulevés ci-dessus....


-----------------------------------------------------------------------------

les neurosciences de nos jours mélangent des médecins de diverses spécialités.........

mais en france, la psychiatrie est toujours administrativement bien-----très bien séparée-------- de la neurologie

ou quand la politique se mèle de la santé----------------------------

sans parler du numerus clausus et du nombre de type de médecins-étudiants.............


POURQUOI NE PAS CHANGER CE VIEUX SYSTEME ?:

http://etudiant.lefigaro.fr/orientation/actus-et-conseils/detail/article/medecine-les-specialites-qui-payent-le-mieux-sont-les-plus-prisees-2816/



-----------------------------------------------------------------------------


on parle beaucoup du lien intestin-cerveau en autisme ainsi que pour d'autres maladies -----------même pour le cancer......


-----------or les troubles intestinaux sont souvent relevés chez les enfants et adultes autistes depuis longtemps


http://www.swiss-paediatrics.org/fr/paediatrica/vol14/n1/autisme-chez-enfants-et-tube-digestif-regime-est-il-indique


http://www.autismmediachannel.com/dr-arthur-krigsman-md---gi-services-                                           TOUT EN ANGLAIS....                

très très intéressant et sur la vidéo, vous verrez docteur wakefield qui questionne un gastro-entérologue américain


LE même gastro-entérologue médecin américain en conférence en 2015:

https://www.youtube.com/watch?v=xTwZEfdH_cQ                              cyclops  cyclops  cyclops  cyclops  cyclops

https://www.youtube.com/watch?v=oYaotBH04b8                                SON DERNIER DOCUMENT MAI 2016


https://www.youtube.com/watch?v=KQW0G1kUgh0                              cyclops


http://www.hawaiinewsnow.com/story/33727728/autism-expert-medical-investigator-to-speak-at-uh-medical-school

EXTRAIT:

Although considered primarily as a neurological condition, studies performed by Dr. Buie and others show a remarkable frequency of medical problems in individuals with autism.   Between 50 and 70 percent of individuals with autism will have associated gastrointestinal problems and often because of the communication problems suffered by these individuals, many present with severe aggression, self-injury and pain that goes unrecognized.


traduction:

Bien que considérée principalement comme une maladie neurologique, les études réalisées par le Dr Buie et d'autres montrent une fréquence remarquable de problèmes médicaux chez les personnes atteintes d'autisme. Entre 50 et 70 pour cent des personnes atteintes d'autisme auront des problèmes gastro-intestinaux associés et souvent en raison des problèmes de communication soufferts par ces personnes, beaucoup présentent une agression sévère, auto-blessure et la douleur qui n'est pas reconnu.





------------------------alors pourquoi n'entend-on jamais les gastro-entérologues parler des troubles intestinaux chez les personnes avec autisme en france?


pourtant:
dans le bulletin scientifique de l'ARAPI N° 34 de décembre 2014 :l'apport de la métabolomique à l'étude de la pathologie autistique............    


http://www.onmeda.fr/lexique/gastro-enterologue.html                    


http://www.gastroenterologue-toulouse.fr/informations-aux-patients/les-pathologies/mici/


LES RECHERCHES INTERNATIONALES SE FOCALISENT MAINTENANT SUR LES BONNES ET MAUVAISES BACTERIES QUI INFLUENCENT NOTRE SANTE........et le lien intestin-cerveau

https://translate.google.fr/translate?sl=en&tl=fr&js=y&prev=_t&hl=fr&ie=UTF-8&u=https%3A%2F%2Fwww.autismspeaks.org%2Fblog%2F2013%2F11%2F07%2Fgi-distress-and-autism-qa-pediatric-gastroenterologist-tim-buie&edit-text=&act=url





article très intéressant:

http://clesdesante.com/article-dr-bruno-donatini-traiter-les-dysbioses-intestinales-113923823-html/


-----------de nombreuses familles en france s'adressent déjà à des médecins chronimed ou biomed...........


http://www.profilmedecin.fr/contenu/chiffres-cles-medecin-gastro-enterologue/


il est temps de changer  cette situation en france concernant les gastro-entérologues puisque c'est sans doute la spécialité médicale qui dans le future pourra donner des thérapies efficaces pour pleins de maladies:

http://www.profilmedecin.fr/contenu/recrutement-medical-top-10-des-specialites-les-plus-critiques/                                    gastro-entérologue n°1






------------------------------------------------

bien sûre, on parle aussi de génétique en autisme----------mais au sein d'une même famille avec plusieurs autistes, ils n'ont pas les gènes "autistiques" identiques....


c'est une science en développement seulement

http://www.lequotidiendumedecin.fr/actualites/article/2016/12/02/autisme-un-gene-identifie-dans-une-forme-rare-offre-une-piste-therapeutique-chez-lhomme_842021


------------------------------------------------



BREF DE BREF:

l'autisme est un état  avec un trouble  neuro-développemental pour la plupart mais il est multifactoriel---------donc où sont les différentes spécialités médicales officielles en charge de l'autisme en france?


on entend que les psychiatres et un tout petit peu les médecins en neuro-sciences------surtout concernant la génétiques et les neurones......MAIS LES AUTRES SPECIALISTES EN FRANCE?


RATIO PSYCHIATRES VERSUS NEUROLOGUES EN FRANCE Pictog10




Dernière édition par chantal 83 le Ven 16 Déc - 14:55, édité 17 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.pinterest.com/chantalautisme/
chantal 83
administrateur


Nombre de messages : 5875
je suis touché par le handicap : : fille autiste adulte diag.CRA PACA
gravement atteinte neurologiquement dès naissance

je suis membre d\'associations : membre plusieurs associations

Date d'inscription : 04/06/2007

RATIO PSYCHIATRES VERSUS NEUROLOGUES EN FRANCE Empty
MessageSujet: Re: RATIO PSYCHIATRES VERSUS NEUROLOGUES EN FRANCE   RATIO PSYCHIATRES VERSUS NEUROLOGUES EN FRANCE Icon_minitimeSam 10 Déc - 15:05

Revenir en haut Aller en bas
http://www.pinterest.com/chantalautisme/
chantal 83
administrateur


Nombre de messages : 5875
je suis touché par le handicap : : fille autiste adulte diag.CRA PACA
gravement atteinte neurologiquement dès naissance

je suis membre d\'associations : membre plusieurs associations

Date d'inscription : 04/06/2007

RATIO PSYCHIATRES VERSUS NEUROLOGUES EN FRANCE Empty
MessageSujet: Re: RATIO PSYCHIATRES VERSUS NEUROLOGUES EN FRANCE   RATIO PSYCHIATRES VERSUS NEUROLOGUES EN FRANCE Icon_minitimeSam 10 Déc - 15:11

http://www.profilmedecin.fr/contenu/le-veritable-poids-des-medecins-etrangers-exercant-en-france/


INTERESSANT:

Les médecins diplômés à l’étranger en forte augmentation

Les effectifs des médecins titulaires d’un diplôme européen ou extra-européen ont également augmenté de 60 % depuis 2007. Cette tendance devrait « se confirmer d’ici à 2020 pour atteindre plus de 30 000 médecins titulaires d’un diplôme obtenu hors de France », selon le Cnom, en particulier en raison de la pression du numerus clausus. Une réglementation qui n’est sans doute pas étrangère à l’augmentation exponentielle du nombre de personnes formées en Roumanie, lequel a augmenté de 520 % depuis l’entrée de ce pays dans l’Union européenne en 2007. Le sujet des Français qui vont se former à l’étranger préoccupe le Cnom qui suit de près ce dossier.



ah, oui.......? ......combien de psychiatres se forment à l'étranger et combien uniquement en france??????? scratch scratch


Revenir en haut Aller en bas
http://www.pinterest.com/chantalautisme/
chantal 83
administrateur


Nombre de messages : 5875
je suis touché par le handicap : : fille autiste adulte diag.CRA PACA
gravement atteinte neurologiquement dès naissance

je suis membre d\'associations : membre plusieurs associations

Date d'inscription : 04/06/2007

RATIO PSYCHIATRES VERSUS NEUROLOGUES EN FRANCE Empty
MessageSujet: Re: RATIO PSYCHIATRES VERSUS NEUROLOGUES EN FRANCE   RATIO PSYCHIATRES VERSUS NEUROLOGUES EN FRANCE Icon_minitimeSam 10 Déc - 15:57

https://www.eanpages.org/2014/08/01/on-the-need-to-educate-more-neurologists-in-europe/


GOOGLE NE VEUT PAS TRADUIRE

mais le sujet est:   le besoin d'avoir un plus grand nombre de neurologues en europe et que le ratio de neurologues n'est pas le même partout en europe......


http://www.medscape.com/viewarticle/802812

IL VA Y AVOIR UNE PENURIE DE NEUROLOGUES EN 2025-----------alors pourquoi, rien n'est fait?







Revenir en haut Aller en bas
http://www.pinterest.com/chantalautisme/
chantal 83
administrateur


Nombre de messages : 5875
je suis touché par le handicap : : fille autiste adulte diag.CRA PACA
gravement atteinte neurologiquement dès naissance

je suis membre d\'associations : membre plusieurs associations

Date d'inscription : 04/06/2007

RATIO PSYCHIATRES VERSUS NEUROLOGUES EN FRANCE Empty
MessageSujet: Re: RATIO PSYCHIATRES VERSUS NEUROLOGUES EN FRANCE   RATIO PSYCHIATRES VERSUS NEUROLOGUES EN FRANCE Icon_minitimeSam 10 Déc - 16:21

les études de médecine en france

en allemagne et en italie:

http://documentation.fhp.fr/documents/17713S.pdf et on y parle du numerus clausus..........
Revenir en haut Aller en bas
http://www.pinterest.com/chantalautisme/
chantal 83
administrateur


Nombre de messages : 5875
je suis touché par le handicap : : fille autiste adulte diag.CRA PACA
gravement atteinte neurologiquement dès naissance

je suis membre d\'associations : membre plusieurs associations

Date d'inscription : 04/06/2007

RATIO PSYCHIATRES VERSUS NEUROLOGUES EN FRANCE Empty
MessageSujet: Re: RATIO PSYCHIATRES VERSUS NEUROLOGUES EN FRANCE   RATIO PSYCHIATRES VERSUS NEUROLOGUES EN FRANCE Icon_minitimeSam 10 Déc - 17:00

http://devenir-capable-autrement.fr/autisme-meilleur-possible/



extrait:

Je me permettrais d’être provocateur. Quand un homme politique parle d’autisme, presque toujours on lui demande combien de places vous allez créer. La question quasi provocatrice qu’on pourrait poser,  ce serait combien de place vous comptez fermer.   Monsieur J.S.





et les places à créer en france pour les autistes adultes sont presque le plus souvent en établissements médico-sociaux

avec toujours et obligatoirement un psychiatre faisant partie des médecins spécialisés-----et pourquoi pas de neurologues???? scratch


parce qu'il y a 15.171 psychiatres et seulement 2.470 neurologues en exercice en 2016








Dernière édition par chantal 83 le Ven 3 Jan - 0:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.pinterest.com/chantalautisme/
chantal 83
administrateur


Nombre de messages : 5875
je suis touché par le handicap : : fille autiste adulte diag.CRA PACA
gravement atteinte neurologiquement dès naissance

je suis membre d\'associations : membre plusieurs associations

Date d'inscription : 04/06/2007

RATIO PSYCHIATRES VERSUS NEUROLOGUES EN FRANCE Empty
MessageSujet: Re: RATIO PSYCHIATRES VERSUS NEUROLOGUES EN FRANCE   RATIO PSYCHIATRES VERSUS NEUROLOGUES EN FRANCE Icon_minitimeSam 10 Déc - 18:58

la politique ne doit pas intervenir dans la santé? ah, bon?


-------alors pourquoi à ce jour, la psychiatrie est-elle toujours administrativement séparée de la neurologie?


et pourquoi n'y-a-t-il pas de neurologue également dans les services psychiatriques?

il y aurait un grand nombre de patients épileptiques en psychiatrie......

et il vaut mieux ne pas demander combien de personnes avec autisme se retrouvent en psychiatrie?


Revenir en haut Aller en bas
http://www.pinterest.com/chantalautisme/
chantal 83
administrateur


Nombre de messages : 5875
je suis touché par le handicap : : fille autiste adulte diag.CRA PACA
gravement atteinte neurologiquement dès naissance

je suis membre d\'associations : membre plusieurs associations

Date d'inscription : 04/06/2007

RATIO PSYCHIATRES VERSUS NEUROLOGUES EN FRANCE Empty
MessageSujet: Re: RATIO PSYCHIATRES VERSUS NEUROLOGUES EN FRANCE   RATIO PSYCHIATRES VERSUS NEUROLOGUES EN FRANCE Icon_minitimeJeu 2 Jan - 22:22




http://www.academie-medecine.fr/formation-des-futurs-neurologues-et-des-futurs-psychiatres/



Telles qu’élaborées en 2017 la maquette de Formation au Diplôme d’Etudes Spéciales (DES) en neurologie et la maquette du DES en psychiatrie indiquent une prise en compte des liens entre neurologie et psychiatrie sans proposition suffisamment concrète pour corriger le fossé qui s’est creusé entre ces deux disciplines durant les 30 dernières années.


Ces 2 spécialités doivent développer des connaissances et des compétences partagées pour la prise en charge des patients et la conduite de recherches dans le champ des neurosciences.

Il est regrettable que la durée du DES de neurologie et du DES de psychiatrie soit maintenue à 4 ans alors que 23 pays européens exigent une durée de formation de 5 ans pour l’accès à la qualification en neurologie de même que pour l’accès à la qualification en psychiatrie ce qui correspond au vœu exprimé par l’Union Européenne des Médecins Spécialistes.

En France le nombre d’enseignants en neurologie est de 120 pour 500 étudiants .

Il est également de 120 en psychiatrie pour 2 000 étudiants et plusieurs facultés de médecine n’ont pas d’enseignant en psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent (PEA).


Il importe que les capacités de formation en région soient prises en compte pour réguler les niveaux régionaux de numerus clausus dans chacune des spécialités. Les stages hospitaliers doivent pouvoir être majoritairement effectués en milieu hospitalo-universitaire (HU) pour les futurs neurologues comme pour les futurs psychiatres. De plus les futurs neurologues doivent pouvoir effectuer un stage en psychiatrie en milieu HU et les futurs psychiatres doivent pouvoir effectuer un stage en neurologie en milieu HU.

Concernant la psychiatrie l’obligation de 2 semestres de stage en PEA pour les étudiants qui n’ont pas choisi de s’orienter vers une qualification en PEA n’est pas justifiée. Il conviendrait au contraire de conditionner l’accès aux postes hospitaliers de PEA par au moins 2 ans de stage en PEA (dont 1 au moins en milieu HU) a l’instar de ce qui est exigé ailleurs en Europe. En outre 1 semestre en neuropédiatrie devrait être fortement recommandé.

L’organisation de stages en cabinet de ville serait très opportune. Ces stages durant les 3e et 4e années (phases d’approfondissement et de consolidation) chez des maîtres de stage agréés par le coordonnateur de la spécialité auraient plusieurs avantages : rendre lisible la réalité de l’exercice libéral ambulatoire pour les futurs spécialistes, consolider les liens entre médecine spécialisée de ville et médecine hospitalière en particulier HU.



L’Académie nationale de médecine recommande :



À côté des spécialités neurologie et psychiatrie la réouverture d’une Formation Spécialisée Transversale (FST) neuropsychiatrie ouvrant droit à une qualification.


Les capacités de formation en région y compris les possibilités de stages hospitaliers en milieu HU doivent être prises en compte pour définir les niveaux de numerus clausus pour chacune des spécialités. Un stage d’un semestre en neurologie pour les futurs psychiatres, un stage d’un semestre en psychiatrie pour les futurs neurologues doivent être fortement recommandés. Un stage d’un semestre en neuropédiatrie doit être fortement recommandé pour les futurs psychiatres se destinant à la PEA.


Un stage chez le praticien d’exercice libéral de leur spécialité (maître de stage agréé par le coordonnateur régional de la spécialité) doit être organisé pour chacun des futurs spécialistes en neurologie ou en psychiatrie.
* Membre de l'Académie nationale de médecine


Bull. Acad. Natle Méd., 2018, 202, nos 1-2, 15-16, séance du 13 février 2018






Revenir en haut Aller en bas
http://www.pinterest.com/chantalautisme/
chantal 83
administrateur


Nombre de messages : 5875
je suis touché par le handicap : : fille autiste adulte diag.CRA PACA
gravement atteinte neurologiquement dès naissance

je suis membre d\'associations : membre plusieurs associations

Date d'inscription : 04/06/2007

RATIO PSYCHIATRES VERSUS NEUROLOGUES EN FRANCE Empty
MessageSujet: Re: RATIO PSYCHIATRES VERSUS NEUROLOGUES EN FRANCE   RATIO PSYCHIATRES VERSUS NEUROLOGUES EN FRANCE Icon_minitimeJeu 2 Jan - 23:15

ET AILLEURS DANS LE MONDE Y A T IL AUSSI UN MANQUE CRUEL DE NEUROLOGUES COMME EN FRANCE  ????? scratch scratch scratch


---------   aux U.S.A. : doc avril 2018

https://www.thelancet.com/journals/laneur/article/PIIS1474-4422(18)30143-1/fulltext

How do we fix the shortage of neurologists?

extrait traduit par google traduction:

Les pays à revenu élevé manquent de neurologues. Avec des déficits persistants prévus, le problème ne peut que s'aggraver avec le vieillissement des populations.

Que fait-on à ce sujet? Et quelque chose fonctionne-t-il? Adrian Burton enquête.


Le manque de neurologues est un problème mondial. Même les pays à revenu élevé sont touchés.


Bien que l'Australie ait largement esquivé la balle grâce à l'immigration de personnel qualifié, le Canada, l'Irlande, le Royaume-Uni, d'autres pays européens, la Nouvelle-Zélande et les États-Unis signalent tous des pénuries.


Et à mesure que leurs populations vieillissent et que de plus en plus de personnes sont confrontées aux problèmes d'accident vasculaire cérébral, de démence et d'autres troubles neurodégénératifs, le problème risque d'aggraver.


Un récent rapport du National Center for Health Workforce Analysis des États-Unis estime que si l'offre de neurologues américains a augmenté de 11% entre 2013 et 2025, la demande aura augmenté de 16%. Alors, comment former plus de neurologues? Et existe-t-il des alternatives pour simplement augmenter leur nombre?
Une partie de la solution pourrait être d'inspirer davantage d'étudiants en médecine à poursuivre une carrière en neurologie, mais cela nécessite de reconnaître que la discipline peut avoir un problème d'image. «Le nombre de diplômés en médecine américains [USMG] entrant dans le monde de la neurologie ne répond pas à la demande», explique W. David Freeman, consultant neurologue à la Mayo Clinic (Jacksonville, FL, USA). «La proportion d'USMG en résidence neurologique par rapport aux diplômés internationaux a diminué au fil du temps. Cela pourrait être dû à de nombreux facteurs tels que l'USMG étant attiré par des spécialités offrant un meilleur style de vie, comme la radiologie et la dermatologie, la rémunération qu'ils reçoivent ou d'autres facteurs. Pourquoi la neurologie ne rivalise pas aussi bien historiquement avec d'autres disciplines doit être examinée. »Certes, l'American Academy of Neurology (AAN) craint que cela puisse impliquer l'épuisement professionnel auquel les neurologues sont confrontés, en partie la conséquence de charges de travail élevées dans les grands systèmes de soins de santé. . «Les longues heures de travail, parmi [d'autres facteurs de risque] d'épuisement professionnel, pourraient rendre la neurologie indésirable pour les diplômés par rapport à d'autres spécialités», explique Freeman. "Le dilemme ici est de savoir comment rendre la neurologie plus attrayante sur le plan professionnel."

Une façon pourrait être de rendre les cours de neurologie plus captivants. La faculté du Centre des sciences de la santé de l'Université du Texas à San Antonio (TX, États-Unis) a essayé cela en concevant un nouveau cours optionnel de neuroanatomie appliquée qui se concentrait sur les voies neurosensorielles pour compléter le cours de neuroscience médicale de première année. Beaucoup plus pratique et interactif (permettant même l'utilisation de compétences artistiques), les étudiants ont trouvé que le cours les a aidés à s'engager plus profondément dans leurs études traditionnelles en neurosciences.
En outre, «l'AAN a fait un investissement majeur dans le développement d'un programme de pipeline visant à stimuler davantage d'étudiants à choisir une carrière en neurologie», explique Ralph Sacco, professeur de neurologie à l'Université de Miami (Miami, FL, USA) et AAN Président. «Nous revitalisons nos groupes d'intérêt des étudiants en neurologie et nous travaillons à changer l'image des neurologues afin de mettre l'accent sur nos capacités à intervenir, à prévenir et à réadapter les patients. «Si nous l'avons fait assez bien, cela pourrait arriver», concède Sacco. «En fin de compte, les pays ont besoin d'études en cours sur les besoins en main-d'œuvre pour déterminer le nombre de médecins - y compris les neurologues - dont ils ont besoin et répondre à la demande en fournissant suffisamment de places dans les facultés de médecine.»


Au Japon, qui connaît une pénurie générale de médecins, des tentatives ont été faites pour augmenter le nombre de places disponibles dans les cours de médecine universitaire.
Et pour transformer ces diplômés en neurologues, la Société japonaise de neurologie a lancé une offensive de charme. «Nous avons réalisé une vidéo de promotion de 15 minutes pour les étudiants en médecine pour les convaincre à quel point il est gratifiant d'être neurologue», explique Ryosuke Takahashi, professeur de neurologie à la Graduate School of Medicine de l'Université de Kyoto (Kyoto, Japon). «[Dans ce document], nous interviewons des modèles de carrière - des neurologues travaillant dans des universités, des hôpitaux et des entreprises. La vidéo est distribuée gratuitement à tous les hôpitaux de formation en neurologie et utilisée pour le recrutement. [De plus] nous avons lancé un programme de camps d'été l'année dernière, auquel environ 100 étudiants en médecine ou résidents juniors ont été invités pour un cours magistral de deux jours sur la neurologie. Depuis que nous avons payé les frais de voyage des participants, cela a coûté 70 000 $. Bien que cela puisse coûter cher, nous considérons qu'il s'agit d'un investissement dans l'avenir de la neurologie. »


Amener les neurologues à se rendre là où ils sont nécessaires peut également être un problème: ils sont généralement beaucoup moins nombreux en dehors des grandes villes.

"L'Association australienne et néo-zélandaise des neurologues [ANZAN], en collaboration avec le Royal Australasian College of Physicians, mène des enquêtes annuelles auprès de nos membres, et la plus récente montre que l'Australie compte environ un neurologue pour 50 000 habitants dans la majeure partie de la Nouvelle-Galles du Sud, Victoria, Australie-Méridionale et Territoire de la capitale australienne. Mais les ratios [neurologue / patient] étaient plus faibles dans les régions et le Territoire du Nord », explique Matthew Kiernan, professeur Bushell de neurologie à l'Université de Sydney (Sydney, Australie). «Nous avons donc créé un comité régional de neurologie pour aider à résoudre les problèmes régionaux de main-d'œuvre. Par ailleurs, ANZAN a mis l'accent sur les besoins de la société - nous avons besoin de plus de neurologues cognitifs - et les aspects pratiques récents, y compris le domaine en développement rapide de la recherche de caillots endovasculaires pour un AVC aigu. Nous formons des neurologues dans cette surspécialité, conjointement avec la radiologie et la neurochirurgie, et nous avons créé des bourses ANZAN pour soutenir cette entreprise. »


L'Europe est également confrontée à des problèmes de déséquilibres régionaux. «C'est particulièrement dramatique dans les régions les moins attrayantes des pays», explique Günther Deuschl, président de l'Académie européenne de neurologie et professeur de neurologie à l'Université Christian Albrechts (Kiel, Allemagne).


«Mais c'est aussi vrai pour les zones rurales que pour les zones métropolitaines, même en Allemagne qui, dans l'ensemble, compte un bon nombre de neurologues. Cependant, un schéma similaire existe également entre les différents pays d'Europe.
Ceux d'Europe de l'Est ont traditionnellement payé moins de personnel médical qu'en Europe occidentale, où les conditions de travail et les postes universitaires sont également apparus plus attractifs. Le résultat a été une fuite des cerveaux vers l'ouest. Le seul véritable moyen d'y mettre fin est que les pays qui perdent des neurologues les paient davantage. Et en effet, certains essaient. La Roumanie, par exemple, a récemment considérablement augmenté la rémunération du personnel médical. »


D'autres solutions proposées pour réduire les effets des pénuries comprennent l'utilisation de la télémédecine pour atteindre les neurologues éloignés (bien qu'il soit peu probable que cela réduise la charge de travail), le développement de l'intelligence artificielle pour aider à poser des diagnostics et l'extension des soins neurologiques pour inclure les non-neurologues médecins et praticiens avancés (infirmières et assistants médicaux spécialement formés).


La dernière de ces options est actuellement au centre de l'AAN. «L'Académie a fait un effort majeur pour étendre nos efforts afin d'engager des praticiens avancés», explique Sacco. «Ils constituent le groupe qui connaît la croissance la plus rapide parmi nos membres et représentent maintenant près de 1100 de nos 34 000 membres. Nous avons créé un consortium de praticiens avancés pour mieux comprendre et répondre à leurs besoins, et nous avons un certain nombre d'initiatives axées sur eux, notamment des programmes éducatifs, l'engagement des membres et la participation à nos comités. Nous essayons également d'éduquer les neurologues sur la meilleure façon d'impliquer ces professionnels pour aider à répondre à la demande croissante de soins neurologiques de haute qualité


. »Et cela semble fonctionner: sur la période 2013-2025, au cours de laquelle l'offre de neurologues sera en déficit, l'offre de praticiens avancés pourrait même dépasser la demande.



«Le fait d'avoir des équipes de soins dirigées par des neurologues et des praticiens avancés formés pour effectuer certaines procédures, prescrire des médicaments et fournir des soins collaboratifs continus aux patients, enlève une partie du fardeau des neurologues», explique Heidi Schwarz, professeur de neurologie clinique, Université de Rochester (Rochester , NY, USA).


«Cela réduit non seulement l'épuisement professionnel, mais permet également au neurologue de passer du temps avec les patients qui nécessitent plus d'attention ou une expertise avancée. Le recours aux soins en équipe devrait améliorer la qualité des soins que nous dispensons et permettre un accès accru aux soins en temps opportun.

[Et l'ajout de praticiens avancés] à une pratique peut être fait efficacement avec des récompenses financières si elle est structurée de manière appropriée. La plupart viennent avec peu de connaissances en neurologie, il est donc important d'avoir un processus d'intégration structuré ainsi que des incitations pour promouvoir la rétention. Tous les neurologues ne se sentent pas à l'aise de transmettre les soins des patients à des praticiens avancés, mais beaucoup se sentent à l'aise lorsqu'ils voient que cela peut fonctionner. »Le groupe de travail sur les fournisseurs de pratiques avancées de l'Académie a publié un exposé de position pour informer les neurologues que cela peut être un modèle de soins viable pour les USA.



Le Royaume-Uni
a un problème différent et cherche donc une solution différente: améliorer l'organisation de ses systèmes de soins. «Les stagiaires en médecine au Royaume-Uni ne manquent pas d'enthousiasme pour la neurologie», explique Mary Reilly, professeure de neurologie clinique, University College London et présidente de l'Association of British Neurologists, mais le nombre de stagiaires est insuffisant pour répondre à la demande en raison de l'historique et de la situation actuelle. manque de ressources. La neurologie aiguë est un domaine de pratique crucial et en pleine expansion, et nous devons nous moderniser pour inclure des soins 24h / 24 et 7j / 7 et une collaboration plus étroite avec les collègues médecins généralistes. Nous travaillons donc en partenariat avec la formation en neurologie avec des spécialités connexes et développons des modèles de soins intégrés, et nous utilisons des praticiens avancés et des infirmières spécialisées pour coordonner ces soins tout au long du parcours du patient. »Des projets financés conçus pour atteindre ces objectifs sont actuellement en cours et en cours d'évaluation.



Le temps nous dira quels correctifs fonctionnent le mieux, bien qu'étant donné les différences dans les systèmes de soins de santé, les hôpitaux, les types de pratique et les ressources disponibles, une solution universelle est peu probable.



Mais des solutions que nous devons avoir, car sans elles, nous pourrions attendre encore plus longtemps pour voir un neurologue, qui pourrait juste être épuisé.





------------------------------------------------------------------------------------


https://www.bbc.com/news/uk-northern-ireland-49966390


manque de neurologues en irlande du nord et l'attente pour un rv double en 4 ans....


n March 2015, 9,123 patients were waiting, but by 2019, that figure had risen to 19,376.

More than 11,000 patients have also been waiting more than one year to be seen.

The Department of Health said it was hoping to secure additional funding for more junior doctors in neurology.











Dernière édition par chantal 83 le Ven 3 Jan - 0:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.pinterest.com/chantalautisme/
chantal 83
administrateur


Nombre de messages : 5875
je suis touché par le handicap : : fille autiste adulte diag.CRA PACA
gravement atteinte neurologiquement dès naissance

je suis membre d\'associations : membre plusieurs associations

Date d'inscription : 04/06/2007

RATIO PSYCHIATRES VERSUS NEUROLOGUES EN FRANCE Empty
MessageSujet: Re: RATIO PSYCHIATRES VERSUS NEUROLOGUES EN FRANCE   RATIO PSYCHIATRES VERSUS NEUROLOGUES EN FRANCE Icon_minitimeVen 3 Jan - 0:04

CHIFFRES CLE PAR SPECIALITE:


https://www.profilmedecin.fr/contenu/specialites/

https://www.profilmedecin.fr/contenu/chiffres-cles-medecin-psychiatre/


20 mai 2019
On recense 15 388 psychiatres en activité en France en 2018. Découvrez ici, les autres chiffres clés de la psychiatrie : de la densité nationale en passant par le taux de féminisation ou encore l’évolution du mode d’exercice.



24 juin 2019
En 2018, on comptabilise 2 648 neurologues en France, sur un total de 226 219  médecins. Découvrez tous les chiffres clés de cette spécialité : de l’effectif national à horizon 2030, en passant par la démographie par région ou encore l’âge moyen par sexe.


https://www.profilmedecin.fr/contenu/chiffres-cles-neurologue/



9 juillet 2019
En 2018, 3 842 gastro-entérologues exercent en France. Pour en savoir plus sur cette spécialité, retrouvez ci-dessous les chiffres clés.
https://www.profilmedecin.fr/contenu/chiffres-cles-medecin-gastro-enterologue/

---------------------------------------







Il y a en 2016, 15.171 psychiatres et 692 pédopsychiatres ---------mais seulement 2.470 neurologues en exercice en france


donc un ratio de 15.863 PSYCHIATRES pour enfants et adultes par rapport à 2.470 neurologues en france











Revenir en haut Aller en bas
http://www.pinterest.com/chantalautisme/
Contenu sponsorisé




RATIO PSYCHIATRES VERSUS NEUROLOGUES EN FRANCE Empty
MessageSujet: Re: RATIO PSYCHIATRES VERSUS NEUROLOGUES EN FRANCE   RATIO PSYCHIATRES VERSUS NEUROLOGUES EN FRANCE Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
RATIO PSYCHIATRES VERSUS NEUROLOGUES EN FRANCE
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: handicap : des infos !!!! :: Scientifique-
Sauter vers: